mardi 7 juin 2022

TM5W (F4KLW) - coupe du REF THF

 

Retrouvez ci-dessous de nombreuses photos et l'article paru dans le journal La Montagne, au sujet des amis de F4KLW, jeune radio-club très actif, des Electriciens et Gaziers de Clermont-Ferrand. Ils étaient avec leur indicatif de concours TM5W, présents pour la troisième partie de la Coupe du REF dans le Cantal au puy Violent à 1500 m d'altitude, et QRV du 144 mHz au 10 gHz...

« Votre puissance est au maximum et je vous reçois fort et clair. » Haut perchés, des radioamateurs ont contacté l’Europe entière depuis Saint-Paul-de-Salers (Cantal), samedi 4 et dimanche 5 juin. Ces passionnés y ont déplié leurs antennes très hautes fréquences... pour disputer leur Ligue 1 à eux...

« Au plus on est hauts, au plus on a de chances d’aller chercher des stations lointaines », explique F5RQQ. Derrière l’indicatif se cache Jean-Marc Vigier, un ex-militaire passionné de radioamateurisme. « F comme France, 5 pour mon niveau de licence. Et RQQ, c’est mon immatriculation », décode-t-il.

Avec ce Puydômois, une dizaine de radioamateurs ont activé le Cantal sur les ondes, ce week-end, depuis le parking du puy Violent, à Saint-Paul-de-Salers. « On participe à la Ligue 1 du radioamateurisme à très haute fréquence », simpli e F5RQQ. quelques minutes avant le coup d’envoi, en acceptant volontiers de  ler la métaphore footballistique. « On va essayer de contacter différents pays dans le monde. Plus ils seront lointains, plus on marquera de points. Notre but, c’est de se classer dans le top 5. On s’est fixés la barre à 600 contacts. Est-ce qu’on l’atteindra ? Ça, c’est autre chose… »

L’épreuve dure 24 heures. Elle voit s’affronter des équipes de la France entière, dont TM5W, l’indicatif spécial représentant le maillot du Cantal, tout là-haut, depuis JN15GD, matricule du puy Violent. « Ce contest s’appelle la Coupe du Réf THF. Réf, comme réseau des émetteurs français. » Et THF comme très hautes fréquences. « Dans le radioamateurisme, la cerise, ce qui permet de motiver, c’est le concours », glisse Jean-Marc Vigier.

« Tu peux me  ler un câble d’un mètre ? » L’heure des derniers préparatifs  le. Les quatre antennes ont déjà été sorties du camion de location, dépliées et installées, par échafaudage, sur le parking du puy Violent, où l’équipe TM5W a pu établir sa base grâce à l’accord de la municipalité. À Saint-Paul-de-Salers, toute l’Europe pourra être contactée, « des Açores jusqu’au nord de la Hollande », via des gammes de fréquence VHF, UHF et SHF (allant de 144 megahertz à 10 gigahertz).

De bonnes ondes se dégagent des radioamateurs. Certains viennent de loin, comme le jeune Felipe, originaire du Portugal, ou Michel, alias FK8IK, « pointure de la télégraphie » arrivée de Nouvelle-Calédonie.

« Nous avons été reconnus d’intérêt public en 1911, contextualise Jean-Marc Vigier. En cas de catastrophe naturelle, si demain il n’y a plus de relais de communication, on fait appel aux radioamateurs pour développer un réseau de secours. Nous passons un examen, dans lequel on nous demande un certain niveau technique, la connaissance du morse, de l’électronique et des transmissions numériques. » Selon lui, la discipline doit réussir à attirer des jeunes.

F5RQQ, FK8IK et les autres ont en tout cas porté haut les couleurs du Cantal, avec 362 contacts. 

source LA MONTAGNE



























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire non signé par un indicatif radioamateur, swl, ou votre email sera refusé. F5IRO