vendredi 5 avril 2013

Les ondes électromagnétiques auraient de réels effets sur la santé


"Décidément les études se suivent et se contredisent. Pour les uns, les champs électromagnétiques émis par les antennes-relais de téléphonie sont nocifs pour d’autres non. Les résultats de la dernière étude en date, réalisée sur des animaux, ont été publiés ce jeudi 4 avril 2013 par l’Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris) et de l'Université de Picardie Jules Verne (UPJV)...
Selon les deux organismes, les champs électromagnétiques pourraient avoir des effets sur le mécanisme de régulation de la température corporelle et provoquer le fractionnement d'une phase du sommeil, sans nuire à sa qualité.
L'étude conduite sur de jeunes rats a cherché à recréer des niveaux d'exposition aux champs électromagnétiques comme ceux rencontrés à proximité d'antennes-relais de téléphonie mobile. « Les premières conclusions montrent des effets biologiques à long terme des radiofréquences simultanés sur la régulation thermique, le comportement alimentaire et le sommeil », déclarent dans un communiqué l'Ineris et l’UPJV.
L'association Priartem, qui réclame une implantation des antennes-relais de téléphonie mobile respectueuse des conditions de vie et de santé de tous, a critiqué les limitations de cette étude et a « exigé qu'une loi vienne enfin imposer une réelle protection de la population » contre les champs électromagnétiques.
« Réveils fréquents, difficultés pour se rendormir, insomnie... font partie des symptômes que décrivent les personnes dites électro-sensibles, lorsqu'elles vivent à proximité d'une antenne-relais », rappellent l'Ineris et l'UPJV. Cette étude permet de « confirmer » l'effet des radiofréquences sur « le fractionnement du sommeil paradoxal », qui est la phase du sommeil où se produisent les rêves dont on se souvient.
Mais « au vu des résultats de l'étude, ce fractionnement n'occasionne pas de troubles du sommeil », selon les chercheurs. Ils n'ont noté aucune modification des paramètres de qualité du sommeil en terme de réduction du temps de sommeil, du nombre des réveils ou encore de la difficulté à se rendormir.
L'impact d'un fractionnement du sommeil paradoxal est « encore mal connu » mais il pourrait être « à l'origine de difficultés de mémorisation et de troubles de l'humeur », ajoutent-ils.
Des rats plus sensibles au froid
De manière peut-être plus inattendue, les champs électromagnétiques agissent sur les mécanismes de la thermorégulation avec comme effet indirect le déclenchement chez les animaux testés d'un « processus d'économie d'énergie comme s'ils avaient des besoins énergétiques accrus » et une sensibilité au froid accrue. « Si les champs électromagnétiques semblent induire une sensation de froid chez l'animal, il n'est pas encore possible de dire si cet effet est transposable à l'homme », indiquent prudemment les chercheurs.
« On observe également une prise alimentaire plus importante de la part des animaux exposés : les mécanismes d'économie d'énergie pourraient conduire à une augmentation de la masse corporelle, mais cela nécessite d'être confirmé », selon l'Ineris et l'UPJV.
En janvier dernier, les députés écologistes avaient dénoncé l’« enterrement » d'une proposition de loi, rédigée par leurs soins, visant à réduire l'exposition aux ondes. Ils mettaient en avant le principe de précaution."
A lire aussi :
Notre dossier sur les ondes électromagnétiques

source 01NET

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire non signé par un indicatif radioamateur, swl, ou votre email sera refusé. Merci